dimanche 20 juillet 2014

Le Loll, suite et fin

Après la Sunken Nation's Confirmation, j'avais encore une dizaine de concerts planifiés au Loll. Ce n'était pas moi qui les organisais, pour la plupart, mais je m'étais néanmoins engagé auprès d'organisateurs, et il fallait que je fasse le maximum pour que ces concerts puissent avoir lieu.


Vu les pauvres conditions dans lesquelles Andrei voulait désormais me faire travailler (sans aucun moyen financier, matériel, et en devant payer les consommations des artistes qui ne peuvent pas consommer les leurs, entre autres), c'était hors de question pour moi d'organiser de nouveaux concerts. Je n'y trouvais pas mon compte, et on ne peut pas investir autant de temps et d'énergie dans quelque chose sans que cela paye d'une manière ou d'une autre. Il y avait un seul concert que je devais encore organiser, pour un groupe en tournée, le 29 Juillet, donc j'avais un peu de temps pour décider que faire et comment.

À l'époque, je ne pouvais pas dévoiler certains noms, mais tout est passé ou annulé à présent, donc voici, en totale exclusivité inutile, la liste des magnifiques concerts qui devaient encore avoir lieu au Loll :

  • 8 Mai - Hypnos (FR) + Inlandsis + Collider
  • 18 Mai - Bad Birds Night #2 (Ashes Into Blood + Arms Of Solace + Sincerity (UK))
  • 25 Mai - Carcer City (UK) + Doomed From Day One (UK) + For I Am King (NL) + Concealed Reality
  • 1er Juin - Nao's Metal Show
  • 30 Juin - Acres (UK)
  • 8 Juillet - Polar (UK)
  • 13 Juillet - All At Sea (UK)
  • 20 Juillet - Canvas (UK)
  • 24 Juillet - Now, Voyager + Acoda (UK)
  • 29 Juillet - The Ocean Between Us (UK) + Our People Versus Yours (UK) + Suasion
  • 2 Août - Beautiful Hatred

Continuer, quoi qu'il arrive

J'avais décidé d'assumer mes engagements en dépit des conditions de travail. J'ai donc retroussé mes manches encore une fois et fais en sorte, dans un premier temps, que les trois premiers concerts restants puissent avoir lieu. Le premier tombait moins d'une semaine après la Sunken Nation's Confirmation, et les suivants s’enchaînaient une semaine après l'autre. On était vraiment parvenu à avoir un début de programmation dense pour le bar, tant pis pour Andrei.

Comme je n'organisais pas, ce n'était pas aussi compliqué que pour mon dernier concert. J'ai simplement du expliquer aux organisateurs qu'il n'y aurait finalement pas de tickets boissons et que la sono allait être très rudimentaire, puisque j'allais encore devoir la composer moi-même de bouts de ficelles. Les concerts du 8 et du 18 Mai se sont donc passé comme ça. Il y avait très peu de monde à ces deux dates, j'ignore si c'est lié au fait que j'aie posté mon précédant billet sur le Loll ou pas, mais c'était un poids de plus pour les organisateurs. Néanmoins, j'arrivais à m'en sortir, et même si tout était loin d'être parfait, ça se déroulait (pour moi) aussi bien que ça pouvait encore aller. Puis arriva le concert du 25 Mai, qui débuta de la même manière que les deux autres, jusqu'à ce que la tête d'affiche monte sur scène.

L'inévitable

Lors de la Sunken Nation's First Iteration, je répétais à tout le monde quelque chose du genre :

On a un peu de retard mais à part ça tout va bien. Le seul truc que j'espère c'est que les plombs ne vont pas lâcher.
Ça a fini par arriver. Je ne sais pas si le déclencheur a été les stroboscopes que le groupe avait installé, les adaptateurs de prises anglaises, autre chose ou une combinaison de tout, mais toujours est-il qu'après quelques secondes de jeu, le disjoncteur a sauté.

Étrangement, personne n'a comprit se qui se passait tout de suite, malgré les lumières qui s'étaient éteintes, à part le chanteur qui s'est prit une décharge. Le temps s'est retrouvé suspendu quelques instant, tout le monde attendait que ça reprenne, y comprit Andrei qui regardait ce qui se passait. J'ai été le premier a réagir, et j'ai du expliquer à Andrei qu'il n'y avait plus de courant et qu'il fallait qu'il prenne les choses en main, car je ne connaissais pas l'installation. Ça ne l'enchantait pas, mais il a finit par réagir.

Il a fallu que je calme le groupe, déjà énervé avant le concert par l'accès compliqué à la salle, qui ne comprenait pas comment une telle chose pouvait arriver dans une salle de concert. L'organisateur était tétanisé et ne savait absolument pas quoi faire (mais qu'aurait-il pu faire ?). Andrei n'arrivait pas à remettre le courant, et un des serveurs, un peu plus dégourdi, est venu en renfort. Après quelques minutes sans réussite, on a décidé de tout débrancher pour supprimer toutes les causes possibles de court-circuit, mais toujours sans succès.

Le craignant pour sa propre sécurité et l'équipe du bar qui ne parvenait pas à remettre le courant ont alors décrété de concert que la soirée était terminée, et le public, déçu, a pu rentrer chez lui. D'où venait le problème ? Mystère, mais ça n'avait étonné personne que cela se produise au Loll. Heureusement, il y avait tout de même une petite lampe de sécurité sur batterie qui s'était allumée, permettant à tout le monde de ne pas ranger dans l'obscurité la plus complète.

Le verdict et les conséquences

Le bar a bien sûr du faire venir un électricien pour tout remettre en place. C'est Lisa qui a du s'en occuper et qui a passé deux jours là-dessus. Heureusement, le concert suivant avait lieu un peu plus d'un mois plus tard, il restait juste une animation radio live à faire, ne nécessitant pas grand chose. C'est lors de cette animation que Andrei est venu me montré, amusé, la cause du court-circuit. L'unique prise de courant sur laquelle tout était apparemment branché avait littéralement brûlé, nous faisant passer très près d'un incendie qui, vu la configuration de la salle, aurait été excessivement dangereux, sans parler du matériel des groupes.

La nouvelle installation ne payait pas beaucoup plus de mine. Certes, elle était neuve et professionnelle, certes, il y avait désormais de l'éclairage dans la salle et deux prises plutôt qu'une ... Mais cela restait une installation domestique, pas destinée à un bar ou une salle de concert. J'ai expliqué cette situation au dernier organisateur qui avait encore des concerts prévus, qui a préféré maintenir ce qui était prévu tout en décidant de ne plus rien programmer de nouveau, et j'ai pour ma part pris la décision d'annuler le concert que j'organisais encore. Je ne pouvais plus prendre la responsabilité de faire jouer quelqu'un là-dedans.

Ça a évidement fortement contrarié l'organisateur de la tournée, qui était sur le point de commencer la communication. Sur les semaines qui ont suivi, j'ai fais tout mon possible pour trouver une solution : j'ai contacté cinq organisateurs différents, six salles de concerts à Bruxelles et septante-trois autres dans tout le pays, sans obtenir une seule réponse positive, et la date a simplement été annulée. La double condition du budget et de la date imposés étaient apparemment rédhibitoires.

Encore des rebondissements

On aurait pu croire que tout allait s'arrêter comme ça, en assurant le service minimum pour les quelques concerts restants, essentiellement en Juillet, au prix d'un dernier mois d'efforts. Néanmoins, depuis plusieurs mois désormais, Lisa avait réussi a mettre en place une programmation plutôt efficace pour faire tourner le bar à côté des concerts. Et elle a malheureusement vécu la même mésaventure que moi, Andrei lui demandant de travailler toujours plus avec de moins en moins de moyens. Contrairement à moi qui n'avais aucun contrat, elle ne pouvait pas simplement tout arrêter comme je l'avais fais. Jusqu'à ce que Andrei aille trop loin.

Je n'ai pas les détails de ce qui s'est exactement passé, et si je les avais je ne les divulguerais probablement pas ici, mais il semblerait que Andrei, reprochant à Lisa de ne pas faire suffisamment de chiffre d'affaire, se soit énervé sur elle et décide d'annuler purement et simplement tous les événements encore prévus. J'imagine que son idée était alors de jeter l'éponge pour son renouveau de bar et de retourner à son ancienne clientèle, problématique mais rentable. Dans la foulée, Lisa quitte le bar et ne veut plus jamais en entendre parler, emportant avec elle toute l'équipe qu'elle avait réuni.

Apprenant cela, je n'ai pu que m'inquiéter du sort réservé aux concerts qui avaient été maintenus. J'en parle donc au dernier organisateur encore concerné, et il décide de finalement annuler tous les concerts restants, sauf un, qui lui tenait vraiment à cœur. J'allais donc devoir faire mon possible pour faire en sorte que ce concert puisse arriver, et je n'avais pas beaucoup de marge de manœuvre sinon en envoyant ce mail :

Bonjour,

J'ai appris ce qu'il s'est passé avec Lisa et le fait que tous les événements à venir soient annulés.
Je vais donc annuler la plupart des concerts prévus.

Néanmoins, celui prévu dans deux semaines, le 30 Juin, sera maintenu.
J'espère que tu en prends bonne note. Les conditions sont déjà en dessous de tout, je ne tolérerai pas qu'on me supprime la salle deux semaines avant la date.

On se verra le 30 Juin à 17h.

La dernière fois que j'avais envoyé ce genre de mail, pour demander le maintient des soirées de El Poly, ça avait fonctionné. Je ne pouvais qu'espérer qu'il en aille de même cette fois-ci, et que nous ne nous retrouvassions pas devant une porte fermée le jour J, car obtenir une réponse de Andrei aurait été utopique.

Et puis, finalement, la SNCB annonce une grève pour le jour du concert, qui coïncide avec le retour du Graspop. Complications phénoménales pour l'organisation qui décide alors d'annuler ce dernier concert.

The end

Il n'y aura donc pas eu officiellement de "dernier concert au Loll", pas de fin épique, rien. C'était tout, et c'était dommage mais peut-être pas plus mal comme ça. Je n'ai aucune idée de ce que fait à présent Andrei avec son bar, je ne prends pas de nouvelles. Lisa, elle, cherche un nouveau travail. Moi, je suis revenu au projet professionnel que je décris dans mes autres articles.

J'ai découvert au Miner Fest qu'énormément de monde a entendu parler de mes petites aventures, y compris des gens que je ne connaissais absolument pas. Cela ne fait que confirmer mon envie de me mettre au service de la scène de toutes les manières possibles, et je garde en tête le projet d'acheter mon propre endroit pour en faire une salle de concert digne de ce nom. En attendant, d'autres choses m'attendent !

0 commentaires :

Publier un commentaire